Sur l’avortement, l’Indépendant sait exactement où il se trouve: “ La dernière chose dont la politique britannique a besoin avant une élection est un débat sur l’avortement. ” Ainsi couru le titre de son premier chef le 16 mars.Er … oui. Mais retournez à la première page de l’article de ce jour et vous commencez à vous demander si le rédacteur en chef de l’émission avait son propre agenda. Dans le but de faire quelque chose de distinctif avec sa page d’accueil, The Independent le consacre souvent à une prise de vue polémique sur un aspect de l’actualité filtration. Le 16 mars, son choix était … l’avortement. Et pour que l’on ne se méprenne pas sur l’importance de ne pas faire de l’avortement un problème, il a suivi la première page avec deux autres articles de son personnel de santé et politique. Le moyen le plus simple de décourager un débat mal choisi est de ne pas le rejoindre: en toute justice, l’histoire a été déclenchée par un événement qui n’est pas le sien et il a pu décider qu’une réponse robuste était le moindre de deux maux. L’événement en question était la première page du Daily Mail de la veille; il a été titré “ L’avortement devient un problème lors des élections. ” Ceci, à son tour, avait été motivé par les opinions exprimées par le chef du parti conservateur Michael Howard dans l’édition d’avril de Cosmopolitan. ​ .Figure 1Cover versions: le dernier

Cosmo

et ce que le

Courrier

fait de ses entrevues avec des chefs de parti